le déficit calorique ne fait pas perdre du poids

Pourquoi le déficit calorique ne fait pas perdre du poids ?

Combiner régime hypocalorique et sport intense permet de perdre du poids, mais les effets ne durent pas dans le temps. Être en déficit calorique ne permet de perdre du poids que sur une durée déterminée. Il arrive alors que votre progression stagne à partir du moment où l’apport en calorie que vous fournissez à votre corps ne lui suffit plus pour assurer ses fonctions de base. L’article ci-après vous aide justement à mieux comprendre ce phénomène.

Empêche la pratique intensive d’activités sportives

Le corps carbure à l’énergie qu’il puise dans les calories. Ces dernières proviennent des aliments que vous ingérez, mais pas que. En plus de fournir de l’énergie, elles apportent de la masse grasse. Lorsqu’elles sont en excès, elles induisent à des kilos en trop. C’est d’ailleurs pour cette raison que les personnes désireuses de perdre du poids réduisent le plus possible leur apport calorique. À cet effet, le corps dispose de moins en moins de calories et commence à puiser dans ses réserves pour se constituer l’énergie nécessaire à ses fonctions vitales.

C’est généralement ce phénomène qui conduit à une perte de poids conséquente durant les premiers jours d’un régime hypocalorique. Lorsque ce dernier est combiné à une pratique sportive intensive et régulière, les résultats se font davantage ressentir.

Le problème réside dans le fait que plus le corps carbure sur ses réserves, plus vous vous sentez affaibli. Le déficit calorique induit inévitablement à une baisse de performance. Cela s’explique par le fait que vous ne disposez plus de suffisamment d’énergie. Cela empêche votre corps de maintenir ses fonctions vitales tout en vous permettant de suivre un entrainement intensif et régulier (course d’endurance ou exercices au poids du corps).

A découvrir :  Coach fitness : comment faire le bon choix ?

Le métabolisme ralentit

Même si le déficit calorique incite l’organisme à tirer l’énergie qu’il lui faut dans les différentes réserves du corps, celui-ci gèrera toujours de manière naturelle toutes les calories disponibles. Une baisse considérable de l’apport calorique conduit inéluctablement à un ralentissement du métabolisme. Une fois que vous avez atteint ce stade, votre corps entre dans une phase plateau. En ce sens, vos dépenses énergétiques et donc les calories brûlées sont équivalentes à celles que vous ingérez. C’est à ce moment que la perte de poids stagne complètement.

Il faut savoir que votre corps brûle constamment des calories, qu’il soit au repos ou en activité. Les calories brûlées au repos participent au maintien de ses fonctions de base, il s’agit du taux métabolique de base. Quant aux calories brûlées lors des activités, elles lui fournissent l’énergie durant l’effort.

Afin d’éviter la phase plateau et donc la stagnation de la perte de poids, vous devez préserver votre taux métabolique de base. Pour déterminer ce dernier, vous avez le choix entre utiliser un calculateur de TMB en ligne ou appliquer différentes formules.

Avec la méthode Oxford, le TMB se calcul comme suit : 14,2 x votre poids en kg + 593

Si par exemple vous pesez 60 kg, procédez comme suit : (14,2 x60) + 593 = 1 445. Vous aurez donc besoin de 1 445 kcal/jour pour que votre corps puisse maintenir ses fonctions de base au repos dans la journée. Ainsi, ce sera sur les apports caloriques en plus que vous pourrez effectuer un déficit calorique.

Le déficit calorique favorise l’effet yo-yo

Lorsque votre corps entre en déficit calorique, vous vous affaiblissez et vous aurez constamment un sentiment d’insatiabilité. La fatigue et la faim rendent facilement irritable et il est possible que vous deveniez lunatique. Le manque de calories dans le corps conduit également à des troubles psychiques, une baisse de motivation, une dépression, etc. C’est d’ailleurs pour cette raison que certaines personnes abandonnent rapidement leur régime pour se remettre à manger correctement.

A découvrir :  Yogamatata - Mon avis sur cette marque dédié au Yoga

Cela va évidemment relancer le métabolisme qui recommence alors à fonctionner normalement. Le problème réside dans le fait que pour compenser le déficit important, l’organisme se met à consommer plus d’énergie. En prévision d’une éventuelle famine future, il stocke également plus de calories. C’est ce qui explique la reprise rapide des kilos perdus, avec bien souvent des kilos supplémentaires. Au final, le déficit calorique auquel vous aurez imposé votre corps n’aura pour effet que de vous faire grossir davantage une fois que vous l’arrêterez.

D’autre part, des chercheurs ont établi la corrélation entre un déficit calorique important et une augmentation du taux de cortisol. Cette hormone intervient en partie dans le métabolisme des protéines et des graisses.

Cela ne signifie pas pour autant que vous devez continuer à réduire vos apports caloriques. Comme évoqué plus haut, pour perdre du poids sainement, limitez simplement les calories que vous ingérez tout en maintenant votre TMB stable.

Comment réussir à perdre du poids avec un déficit calorique ?

Dans l’objectif de perdre du poids, il vous faudra créer un déficit calorique. Pour perdre 1 kg de masse grasse, par exemple, vous devez soustraire 7 000 calories de votre apport calorique. Afin de maigrir sainement, je vous conseille de vous priver de 300 à 500 calories de moins par jour. De cette manière, vous réussirez à perdre environ 0,5 kg/semaine et vous aurez suffisamment d’énergie pour continuer à vous entrainer. Bien que cela implique une perte de poids plus lente, vous serez plus à même de maintenir votre poids et d’ainsi éviter l’effet yo-yo ou la reprise de graisses en surplus.

A découvrir :  BeStrong - Mon avis sur cette appli Fitness, Nutrition & Bien être

Je vous suggère d’ailleurs de tenir un petit journal de bord de manière à mieux contrôler vos apports caloriques quotidiens. Le but est de réussir à couvrir votre taux métabolique de base tout en réduisant l’apport calorique en général. À ce sujet, évitez de consommer moins de 1 200 calories sur plusieurs semaines. Le besoin minimal en calorie varie évidemment en fonction du sexe, de l’âge, du poids et de la taille de chaque individu.

Dans tous les cas, un déficit calorique conséquent n’est souvent préconisé que sous contrôle médical ou soutenu par un diététicien. C’est par exemple le cas chez les patients souffrants d’obésité dont une perte de poids rapide est indispensable en prévision d’une intervention chirurgicale de l’estomac. En effet, un poids plus faible réduit considérablement les risques de complication durant ce genre d’intervention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *